Alistair Haarp




Partagez | 
 

 Alistair Haarp

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
The Artist
Emploi/loisirs : Pianiste

Feuille de personnage
Disponible pour un topic?: Ask.
MessageSujet: Alistair Haarp   Mar 2 Avr - 23:59


id card





Ft. Jackson Rathbone



    NOM: Haarp

    PRÉNOMS: Alistair Ladislaus

    NATIONALITÉ: Néerlandais

    ÂGE RÉEL: 214ans

    ÂGE PHYSIQUE: 21ans

    STATUT: Il est veuf de sa première femme, Abigaël. Son cœur appartient à Elizabeth O'Connors

    MÉTIER: Pianiste

    ORIENTATION SEXUELLE: Hétéro

    INFORMATION? Alistair a beaucoup voyagé durant sa jeune immortalité, ainsi, si l`on remarque facilement l`accent slave de sa voix, il parle couramment le latin, le hollandais, l`anglais, l`allemand, le français, le polonais, le russe et l`italien.



    -- CARACTÈRE: Dieu n`est d`aucune aide à celui qui s`abandonne à sa triste condition. Délaisser la vertu au profit des passions ; voici la source de l`aliénation.

    ------Il fut un temps où Alistair Haarp était vertueux. On lui avait transmis la foi, il s`était promis défenseur de cette cause divine. Mais son âme émancipée s`était vouée, elle, à quelque chose de plus grand. Des choses que n`enseignaient pas les Ecrits. - Aristotélicien, Kantiste et bien plus tard Roussélien. Il aimait le monde dans toute son horreur et avait pour unique croyance l`homme ; l`homme dans sa monstruosité, l`homme dans sa grandeur. Au demeurant, il aimait la vie au point d`en souffrir. Les femmes, aussi. Et contrairement à la vie, il ne cessa jamais de les aimer.
    ------Oui, vous l`aurez compris. Si la guerre a altéré à tout jamais sa vision de la vie, dans ses heures parnassiennes, il se réclame sans peine des vifs penseurs de notre histoire. Il est homme cultivé et intéressé, préférant de loin les livres, son piano à la compagnie de ses congénères terriens. Sociopathe et égocentrique par nature, il dissimule dûment l`asociabilité de son être derrière l`aspect frivole de ses personnages. Voici une part bien surprenante de sa personnalité. Derrière les mises en scènes morbides, les actes sadiques et sa nouvelle affection pour le traditionalisme, qui est-il? Seul lui le sait réellement car ses noms sont multiples - et autant de masques.
    ------Imprévisible, colérique et brutal sont des mots qualificatifs de sa personne. Pourtant, quoique l`on vous dise, ce monstre dont les histoires sont encore contées aujourd`hui n`est pas si monstrueux qu`il y parait. Quand il pose ses yeux au plus profond des siens, ce n`est pas de l`animosité - ni même une quelconque perversité que l`on peut y déceler. Ce sont autant de regrets et de souffrances, qu`un amour pur et inconditionnel y réside.

    -- PHYSIQUE: Il existe des hommes qui ont comme seconde nature cet aura de charisme qui les rend aux regards extérieurs comme l`objet d`un attrait inévitable. Ce même genre d`homme chez qui la demi-mesure ne peut exister; les détester est aussi simple que de les aimer.

    ------Alistair Haarp n`a jamais été l`un de ces hommes. Oh, bien sûr, nombreux sont ceux qui oseraient prétendre de lui qu`il n`eût été que le corps exsangue d`un macchabée ambulant. Sans prétention, j`ose dire qu`il est vraisemblablement plus que cela. Puisque déjà humain, s`il n`était pas gentilhomme de grande conversation, les femmes pouvaient se laisser charmer par le vide tortueux - le reflet de l`âme torturée résidant au plus profond de son regard verdoyant. Son humanité envolée, il a su acquérir avec le temps une assurance parfois (souvent) arrogante alors oui… peut-être finalement est-il charismatique mais quand certains en usent à tort et à travers dans un esprit de conquête, lui se veut dictateur de l`ombre.
    ------Force est de constater que sur ce point nombreux vampires se ressemblent, sa peau se veut maladivement blanche. Parfois même, lorsque la faim se fait ressentir, on peut la comparer à une surface quasiment translucide. Néanmoins, il n`en semble pas plus fragile. Au contraire, son apparence donne l`impression d`une masse impassible - voire même insensible aux matières extérieurs. Son mètre quatre-vingt, ses épaules carrées accentuent un peu plus cette impression - le rendant intimidant lorsqu`il se joue de ses victimes.
    ------Au-delà de ces insignifiants détails, son visage contredirait presque le personnage. L`absence quasi-totale d`expression lui donne cet air réservé, mystérieux. L`apparition d`un sourire semblerait ainsi relever du miracle. Et c`est avec une facilité déconcertante qu`il use de ce charme pour plaire aux dames. Et si elles aiment ce physique déconcertant, elles adorent l`artiste confirmé - l`être raffiné. Car en effet, il a été et est un adepte de soirées mondaines. Aussi, il accorde une importance particulière à son apparence. Ses codes vestimentaires incluent systématiquement le port de la chemise, assortie d`un ensemble smoking ou d`un simple jean. Néanmoins, ses autres personnages ne se veulent pas toujours si distingués.



once upon a time


    -- HISTOIRE: Toutes les histoires ont un commencement. Celle-ci pourrait vous paraître inédite et pourtant, j`ose prétendre que tous les hommes - même les plus pauvres d`esprit, en connaissent le fin mot. Je n`eus jamais fait récit plus difficile et son nom ne vous dira probablement rien, pourtant, il est certain que vous le connaissez. Allons, faites un effort.

    ------Tout commença un matin d`Avril 1796. Ou, en toute logique, huit mois et quatorze jours auparavant. En ce qui est aujourd`hui la Hollande septentrionale, il existait une petit bourgade du nom de Den Helder. À l`époque, et ceci après une longue période de révolutions, l`Europe connaissait une période de prospérité et était redevenue terre où il faisait bon vivre. Pour autant, en tout temps et en tout lieu s`abattent des malheurs. Et ce jour-ci, l`aube fit son apparition aux milieux de hurlements. Ces hurlements étaient ceux d`un petit d`homme, déployant ses cordes vocales pour la première fois. Pourtant, les visages autour de lui portaient l`expression de la tristesse.
    ------Ce petit garçon, né de quelques minutes à peine, avait coûté la vie à une autre enfant ; sa mère. Et puisqu`il était garçon, on refusa de le garder en ces lieux. La plus vieille des femmes avait habillé l`enfant d`une couverture blanche, le serrant contre son corsage alors que la nuit tombait déjà. Il avait été décidé que le garçon serait présenté à son père. Aussi, Jonne Haarp était-il devenu furieux en découvrant sa femme de maison, tenant le nourrisson. Mais bien qu`il ne l`avait jamais souhaité, il n`eut pas assez de courage pour l`abandonner. On le baptisa Alistair Ladislaus Haarp.

    ------Jonne Balthus Haarp était un homme hautain et dont l`intelligence ne dépassait pas sa capacité à aimer. Son empire et son patrimoine étaient néanmoins enviés par beaucoup. Héritier d`un gentilhomme qui avait fait beaucoup pour le pays, il se contentait de vivre et de diriger tyranniquement ses sous-fifres. Aussi aimait-il les femmes, d`autant plus depuis que la sienne était morte en sixième couche. Les dames du bordel connaissaient son nom comme ses habitudes ; il était de ces clients qui ne regardaient pas à la dépense pour un peu de satisfaction. Bien sûr, les époques changent et ce qui serait aujourd`hui choquant, ne l`était pas tant que ça à l`époque. Aussi, adorait-il les jeunes filles. Des filles comme l`était Kathryn Waldvogel.
    ------Kathryn Waldvogel était une prostituée. C`était aussi et avant tout une jeune femme douce, au regard pétillant, au visage enfantin. Elle n`avait guère plus de quinze ans lorsqu`on lui demanda de faire de son corps un outil de travail. En réalité, elle n`eut qu`un seul client au cours de sa vie. Puis, à 16ans, elle se retrouva mère. Et mourut.


    childish nightmares


    ------Le jeune Alistair était un enfant calme et peu causant. S`il était dit de lui qu`il manquait d`esprit, c`était plutôt l`inverse ; très rapidement, il avait compris sa différence avec le reste de sa fratrie. Il avait été élevé par des nourrices, dorloté par ses deux sœurs. Ses quatre frères ne manquaient jamais une occasion de lui souffler l`unique vérité de son existence : il était un batard et en tant que tel, ne pouvait être digne héritier d`un nom aussi honorable. Aussi, son père ne s`inquiétait que très peu de sa présence. Il avait décrété que ce dernier fils entrerait dans les Ordres.
    ------Toute son éducation tourna donc exclusivement autour de la religion. Ses quelques précepteurs voyaient en lui un parfait élève - apprenant vite et ne posant pas de question. Pourtant de cet apprentissage, il tira ses propres conclusions. Malgré la doctrine imposée, Alistair fit preuve presque naturellement d`une ouverture d`esprit que ne cautionnait pas son père. La barrière de l`interdiction le poussant à plus, de ce fait, il s`intéressa prématurément et secrètement à des auteurs aussi multiples que différents. Parallèlement, ses sœurs lui apprirent le piano et la viole.

    ------Son père, aussi absent avait-il été, il le détestait au point d`avoir parfois honte de porter son nom. En effet, Jonne Haarp était un homme alcoolique, violent et répugnant. S`il ne côtoyait plus le bordel où était né son illégitime de fils, c`était puisque ses filles lui convenaient. La seule chose qu`Alistair apprit de lui était de se comporter comme un homme, nombreux furent les coups portés à son corps rachitique. Mais montrer ses émotions était chose proscrite pour un Haarp, si bien qu`il devint rapidement un garçon d`apparence insensible. Un jeune homme renfermé et empli de haine.

    ------À 15ans, il s`engagea aux côtés de ses frères dans le conflit qui opposait le Royaume-Uni aux États-Unis. Ayant menti sur son âge, il se retrouva le plus jeune de son bataillon, subissant un an d`entrainement à l`arme avant d`être envoyé au front, là-bas, sur ces terres inconnues. Cela avait été une guerre assassine, très mal vécue par le jeune homme. Choqué - traumatisé par tout ce qu`il a pu voir là-bas, aujourd`hui encore, il se tait sur cet épisode de sa vie. Aussi, je me contenterais de vous dire qu`il fut blessé et rapatrié sur ses terres d`origine, ceci un an avant le status quo et la fin du conflit. Son retour changea beaucoup. D`ailleurs, sa vie prit une tournure totalement différente suite à ces trois années passées loin de Den Helder. Il fut subitement poussé au rang de héros et de nombreuses histoires se racontaient sur son compte - toutes aussi fausses les unes que les autres.
    ------Alistair ne voyait pas en cette reconnaisse une quelconque victoire. En quelques mois à peine, il était devenu quelqu`un. Ou du moins, autre chose qu`un batard. Néanmoins, si sa vie avait changé, lui n`était qu`un jeune homme blessé. C`est d`ailleurs à cette époque qu`il commença à rédiger ses journaux, traduisant ses pensées aux travers de mots. Des mots qu`il n`avait jamais su exprimer.

    ------Pour la première fois de sa triste existence, son père s`intéressa à lui. Nombreuses furent les femmes qu`on lui proposa en épousailles, mais le garçon de 18ans alors espérait déjà compromettre les plans de sa famille. Il désirait un mariage d`amour - et savait en contrepartie que jamais, ô bien jamais, il n`aimerait. Ayant toujours vécu entouré de femmes, il ne se désintéressait pas de ces dernières, au contraire. Il les adorait, cumulant de nombreuses aventures sans désir d`engagement. Pourtant, en 1815, il accepta d`épouser Abigaël Leanne VanMarcke. Pas pour de quelconques sentiments, seulement pour satisfaire un désir naissant: celui d`avoir à son tour une descendance.
    ------Il ne fut pas le meilleur des maris. Il n`était pas violent mais se désintéressait particulièrement de cette femme qu`il avait promis d`aimer, et cela devant le Seigneur. À y voir de plus près, ils ressemblaient plus à un couple d`amis qu`à un couple d`amants. Ils s`aimaient, bien sûr mais sûrement pas au point de se jurer fidélité. Elle l`était, par convention. Quant à lui, on ne pouvait que facilement le qualifier de volage.

    ------Comme le voulait la tradition, les jeunes mariés résidaient sur le domaine des Haarp. Ce n`était pas une chose qui enchantait particulièrement Alistair, mais il en avait lui-même décidé ainsi. Il s`était pendant une longue période voulu absent, négligeant son mariage pour une quête qu`il jugeait aussi personnelle que nécessaire. Recherchant des preuves de ses origines et des traces de cette mère qu`il n`avait jamais connu, il vint à découvrir une part de son histoire dont les détails étaient méconnus. Jamais personne n`avait osé lui avouer la plus grande vérité de son existence. Personne ne lui avait jamais dit qu`elle était morte à sa naissance.
    ------Quelques rares femmes du bordel se rappelaient de cette sombre époque, ainsi que du jeune garçon qui avait été mis au monde dans l`une des chambres de la bâtisse. On lui conta ce qu`on savait de cette jeune femme timide et désœuvrée. Une histoire digne d`un conte noir qui ne fit que raviver la haine qu`il pouvait avoir contre son père. Aussi, lui confia-t-on quelques objets sans valeur; une bague qu`elle avait portée ainsi qu`une boîte à musique délabrée.

    ------Quelques mois passèrent. Mis à part lui, son journal, personne n`avait eu vent de l`histoire de sa vie. Il était bien ce qu`on avait longtemps dit de lui; un bâtard si ce n`était la honte d`une famille. Oh, croyez bien que les discours avaient changé avec le temps. Et pourtant, lui était bien incapable d`oublier ce qu`il avait vécu et entendu.
    ------Refusant de refaire les mêmes erreurs que son père, Alistair décida de conforter son mariage, le consommant dans l`objectif que voit le jour un héritier. Aussi rendit-il cette relation exclusive. Néanmoins, Abigaël fit deux fausses-couches en peu de temps et le désespoir de l`homme le poussa vers ses vieux démons. Cumulant les maîtresses, il ne toucha plus sa femme pendant un temps. Lorsqu`elle tomba de nouveau enceinte, elle fut entourée des meilleurs médecins de la région pour mener à terme.

    ------Nombreuses étaient les mauvaises langues qui disaient du jeune Haarp qu`il était aussi bon séducteur que mauvais mari. Une réputation méritée, bien que des plus exagérées. Après tout, s`il était incapable d`aimer celle qui portait sa descendance au creux de ses reins, il n`en restait pas moins attentif au moindre de ses caprices. En effet, il n`était pas rare de le voir rester à son chevet pendant de nombreuses heures, voire de nombreux jours - prêt à lui lire des romans entiers ou à lui jouer des symphonies complètes si seulement elle le désirait.
    ------Aussi, les mois passèrent et l`homme semblait de plus en plus obnubilé par le bien-être de l`être se cachant sous le ventre rebondi de son épouse. Il était presque devenu rare de le voir en ville, qui plus est avec une autre femme. La raison était des plus simples; pour la première fois de son existence, il avait l`impression d`être heureux.

    ------Mais le bonheur n`existe pas. Ou est-il seulement éphémère?


    blood impairment


    ------Pour Alistair, tout aurait pu changer. En mieux, probablement puisque rien n`aurait pu être pire à ses yeux que ce qu`il avait déjà vécu. Pourtant, à l`aube de cette journée de 1817, tout bascula; la brume avait assiégée la petite bourgade hollandaise. Les rues était désertes, sombres et dangereuses. C`était une atmosphère qu`il aimait - appréciant tant le règne du silence que la presque regrettable absence de vie. Il se laissait voguer au rythme de ses songes, n`ayant pour seule crainte d`être dérangé par un ivrogne errant.
    ------En réalité, lui-même s`était abandonné à l`ivresse quelques heures auparavant. Il n`avait touché aucune femme, n`en avait pas eu l`envie. Jusqu`à ce qu`un obstacle ne se présente sur son chemin. Un obstacle qui portait le doux nom d`Elizabeth VanDricht.

      « Cette femme qui m`était apparue comme la plus belle de toutes. Une bourgeoise aux traits plus fins et plus délicieux que ceux que j`avais pu apprécier jusqu`à ce jour; une peau, qui sous les éclairages, était semblable à la noble couleur du nacre. Des boucles soyeuses et brunes qui tombaient parfaitement sur ses épaules. Et ses yeux... ses yeux d`un bleu profond me paraissaient, à la lumière de la lune, particulièrement irréels. Semblable à un phantasme d`homme ivre, je sentais comme un vertige s`éprendre de moi. »


    ------Vous ne croyez sûrement pas au coup de foudre, mais en lui, et pour la première fois en vingt-et-une années, naquit cette douce et terrifiante sensation; une impression fulgurante quoique délicieuse - celle de l`évidence. Puisqu`il s`était laissé hypnotiser par cette nymphe chimérique, refusant tout ce qui pouvait être rattaché à la réalité quand son seul désir était de se trouver à ses côtés pour une éternité. Bien sûr, à l`époque, Alistair se serait laissé damner pour une femme de ce pedigree; elle représentait en tous points ce qu`il osait définir comme parfait.
    ------Appelez cela comme vous le voulez. De la superficialité. Ou une simple notion de destinée. C`était ce que lui pensait, en tout cas. Si une telle femme se retrouvait sur son chemin, ce ne pouvait être que divin. - Loin de lui l`idée même d`imaginer le pire quand tout ce qu`il pouvait voir, c`était le halo d`un amour impulsif, artificiel, éphémère et pourtant transcendant. Et c`était sous le joug de cette incroyable créature qu`il s`était laissé entrainer dans la demeure de cette dernière - là où se jouerait un acte inattendu de sa pauvre petite vie.

      « Je n`ai pas vu la belle lumière blanche que l`on nous promet à la mort. Du noir, seulement du noir. Puis le rouge de son sang se glissant dans ma gorge, dans mon organisme - qui m`empoisonne, qui me maudit à jamais. La malédiction d`un être n`ayant jamais voulu autre chose que d`être père, que de connaître une longue et heureuse vie aux côtés d`une femme qu`il aurait aimé. Mais je meurs et jamais je ne verrais naître cet enfant... maintenant, plus que jamais, j`y pense. Alors que je hurle, hurle encore et encore, tant que je le peux, tant que j`en ai le pouvoir. Mais personne ne peut entendre mes cris, et même s`ils étaient entendus, personne ne viendrait me sauver.

      Alors je supplie Dieu d`agir, de me sauver, de ne pas m`abandonner aux bras de Satan. Mais Il m`abandonne.
      Non, pas même Dieu n`est venu me sauver, puisque de toutes façons, c`était bien trop tard pour moi. Contre mon gré, j`étais en train de devenir un monstre de la pire des espèces. Mon âme échangée contre une autre, je payais le prix d`une vie de débauche - le prix pour tous ceux que j`avais déjà tués. »


    ------Son existence toute entière avait été pour lui synonyme de captivité, et il allait en être de même pour son éternité. Il l`avait rapidement compris suite à sa transformation. Nombreux étaient ceux que la mort allait emporter dans cette déferlante, puisque s`il s`était voulu inoffensif, il n`avait jusqu`alors jamais été sous le joug de l`horreur personnifiée. Aussi, l`avait-elle laissé là, tel un chien affamé, jusqu`à ne plus pouvoir contrôler la moindre de ses pulsions meurtrières.
    ------Après quelques semaines à le torturer, à le priver de ce sang que son organisme quémandait, Beth avait décidé qu`il était temps pour Alistair de devenir celui qu`elle souhaitait qu`il devienne. Consciente de la douleur et de la folie qui l`habitaient, elle était certaine de voir surgir de lui une violence sans précédent au contact de la vie. Aussi l`avait-elle emmené jusqu`aux portes de l`immense propriété dont il avait été héritier.

    ------Il se passa donc ce qu`il devait se passer.

    ------Nombreuses furent les rumeurs lancées suite à la découverte des corps de la grande famille Haarp. L`absence du sien le rendait automatiquement coupable de ce massacre. Aussi, disait-on qu`il avait perdu la tête depuis son retour de la guerre ou encore qu`il avait toujours été dérangé. Ainsi, de héros, il revint à celui qu`il avait toujours été: un paria. Mais que dis-je, il n`était plus rien de cela...
    ------Une marionnette, c`était bel et bien ce qu`il était devenu. Alistair n`avait jamais ressenti la moindre appartenance à un quelconque groupe. En réalité, sa solitude était devenue au fil des années sa plus grande amie. Alors, ne plus faire partie du commun des mortels n`aurait dû avoir pour conséquence que quelques ostentatoires changements; un régime alimentaire, un mode de vie. Quoi d`autre..?

    ------Quoi d`autre? Le développement d`une nouvelle forme de conscience. La douloureuse expérience de l`impossible, de l`improbable, de l`infinie douleur qui jamais ne part. Puisque pendant longtemps, après le massacre de sa famille, Alistair s`était débattu pour échapper à cette mort dont il ne voulait plus - puisqu`il aurait souhaité sombrer dans l`oubli pour ne plus jamais avoir à souffrir de ce qu`il avait fait par la force des choses.
    ------Mais très vite, il avait compris que jamais il n`oublierait, qu`il allait devoir vivre avec l`image de ses sœurs, de sa femme et de son fils, là, baignant dans une mare de sang. Jamais elle ne le laisserait profiter de l`ultime châtiment pour étouffer ce feu ardent qui grandissait constamment en lui. Jamais puisqu`il lui appartenait. Elle voulait faire de lui une bête sauvage, un chasseur impitoyable, incapable de ressentir que dans ses plus lointains souvenirs.
    ------Et c`est plus ou moins ce qu`il devint.

    ------Puisqu`il avait fini par comprendre que la combattre était une perte de temps, le jeune vampire s`était plié aux moindres caprices de sa créatrice, se faisant discret le reste du temps. Ne croyez à aucun instant le connaître. En réalité, il fallut près de six années à Beth pour le soumettre un tant soit peu à sa volonté. Le résultat se voulait peu convaincant; Alistair s`était enfermé dans un sphère de solitude, armé d`un mutisme et d`une insensibilité à toute épreuve. Si bien que le petit jouet de la reine tomba rapidement en désuétude.
    ------Il aurait ainsi pu recommencer sa vie autre part et échapper à cette prison dont il était captif depuis bien trop longtemps - Beth l`aurait sûrement laissé partir. Néanmoins, avec le temps la peur s`était vu disparaitre au profit d`une haine qui elle-même s`était transformée en une dévorante passion. Aussi s`était-il trouvé bien lâche, incapable de partir et d`abandonner le seul repère qu`il lui restait en ces terres pour une raison invoquée et pourtant facilement révocable: il l`aimait.

      « Elle me lacérait le dos au rythme de mes ardeurs, ne s`empêchant jamais de me faire comprendre qu`elle avait le dessus sur mon être et que je n`étais rien d`autre qu`un objet. Comme des brûlures, mes blessures me faisaient mal jusqu`au moment où elles se refermaient. C`était ce que je souhaitais. Sentir cette sensation si humaine en moi, croire quelques heures que je n`étais pas si mort que cela. La vie, c`était la chose essentielle qui m`était devenu manque. Je me sentais si exclu de cette univers... sauf quand j`étais dans ses bras. »


    ------Ils passèrent plusieurs décennies. Années pendant lesquelles Alistair s`était vu attribué de bien nombreux rôles; allant de l`invisible petite chose à l`amant désiré. - Jamais on ne l`eut entendu se plaindre. Depuis la nuit de sa transformation, aucun mot n`était sorti de sa bouche - que des hurlements, de pleurs puis le silence assourdissant. Même ses yeux ne reflétaient plus que le vide - la flamme qui jadis les illuminait n`avait su résister au vent glacial de la mort.
    ------À chaque nouveau meurtre, il se voyait déchirant la peau de sa défunte épouse, tenir ce fils dont... Tuer son enfant. Tuer ce qu`il aurait eu de plus cher en ce monde. Ce qu`il n`aurait jamais la chance d`avoir. Car il n`était plus rien - qu`un être porté disparu et présumé mort depuis quelques quarante et quelques années. Qu`une âme déchue enfermée dans le corps de celui qu`on appelait Alistair Haarp.

    ------En bon petit pantin, il n`avait jamais songé désobéir aux ordres de sa maîtresse; pour elle, il avait tout abandonné. Il avait été jaloux, déprimé de constater le peu de valeur accordée à son existence. En réalité, il n`existait plus. Aussi, Beth s`était trompée en lui interdisant de s`exposer à la lumière du jour; personne ne l`avait reconnu, ni même avait porté la moindre attention à cet être maladivement pâle de peau. Et ce fut pour lui une révélation sans précédent.
    ------Il regrettait l`humain qu`il avait été et ne pouvait donner fin à sa longue agonie. Il se haïssait au plus profond de son être, était et se sentait terriblement seul. Il avait même oublié jusqu`à la douceur incomparable du rayon de soleil, du moins, jusqu`à cette matinée automnale de l`année 1868. Une matinée durant laquelle son choix fut pris: celui de partir.

      « Après m`avoir chassé de sa vue, il avait pour moi été simple de me résigner à faire la chose la plus folle que je n`avais jamais faite. J`avais attendu la nuit pour ne pas souffrir de la lumière éclatante du jour mais il n`y avait rien pour me retarder. Aucune affaire, aucune attache. Je m`étais enfuis les mains vides et le « cœur léger ». Pour la simple et bonne raison que je ne voulais pas être l`esclave d`un autre, je ne voulais plus être un objet quelconque. Je refusais que l`on ne me remarque pas. Je refusais de perdre mon identité un peu plus à chaque seconde. Il était à présent clair pour moi que j`étais destiné à être seul ; je ne croyais en rien et sûrement pas à ce que moi aussi j`avais osé appeler "amour". »



    several damages


    ------Vous vous questionnez sûrement sur le fondement de ma première affirmation. Cette dernière, j`ose vous le rappelez, déclarait son histoire comme connue de tous. Bien sûr, son passé comme je vous l`ai jusqu`alors exposé ne vous évoque rien mais c`est véritablement ici que tout commence.

    ------En fuyant la demeure de sa créatrice, Alistair avait eu pour idée d`acquérir une certaine forme de liberté - de celle dont les grands auteurs parlaient dans leurs recueils. Aussi, ne s`était-il pas contenter de quitter Den Helder, mais avait-il pris soin de s`exiler en des terres qui lui étaient inconnues. - Pendant un certain nombre d`années, il prit soin de disparaitre, s`instruisant auprès de scientifiques et de dramaturges souvent contestés.
    ------C`est au fil des villes et des pays, des marches et des saisons, qu`il forgea son personnage. Néanmoins, à force de vouloir devenir quelqu`un, le vampire en venait à oublier peu à peu qui il avait réellement été. La haine que lui inspirait son passé eut une grande influence sur le tueur ; puisqu`elles avaient été nombreuses dans sa vie et souvent désignées causes de ses troubles, les femmes devinrent sujets de ses expériences les plus abominables.

    ------En 1886, il partit s`installer à Tower Hamlets - quartier londonien où il se fit connaitre sous le nom de Leslie MacNaghten. Là-bas, il sut rapidement se faire une place - entrant à Scotland Yard grâce à ses nombreuses connaissances en médecine légale. Il vécut ainsi discrètement, observateur d`un monde qui se voulait changeant. Et deux années passèrent avant qu`il ne décide d`écouter ses pulsions meurtrières. Aussi commença-t-il à tuer, prenant soin de choisir chacune de ses victimes, exposant ses crimes dans des mises en scène macabres, toutes localisées dans le fameux secteur de Whitechapel. Ne me dites pas que vous n`en avez jamais entendu parler?
    ------Elles s`appelaient Polly, Dark Annie, Long Liz, Emma Turner, Kate Conway et Mary Kelly. Toutes étaient des prostituées. Toutes étaient mortes dans d`affreuses souffrances. Pourtant, à la fin de chaque crime, il s`était toujours assis pour observer longuement les corps étendus. Puisqu`à ses yeux, la mort rendait aux choses la beauté dont la vie les privait.

    ------Cette série de meurtres était pour Leslie une des plus vives expériences que Dieu lui avait données de vivre. Il se savait adorer et jouissait du plus parfait anonymat. Aussi, il pouvait participer aux autopsies de ses propres victimes et venter ses propres actions sans craindre un instant d`être démasqué. Mais ce fut la nuit du 9 Novembre 1888 que survint sa plus belle expérience, celle qui portait le nom de Ginger - celle qui fit entrer son nom dans l`histoire ou plutôt, ce surnom que l`on lui avait donné ; l`éventreur.
    ------Suite à son dernier meurtre en tant que Jack, Alistair s`éloigna de Londres pour retrouver la tranquillité. Il abandonna la médecine pour se consacrer exclusivement à sa passion; la musique. Aussi traversait-il les époques, changeant d`identité comme de chemises et n`apparaissant jamais au même endroit, à la même période. Il ne prenait pas le temps de s`attacher, ni même de s`implanter. Son cœur glacé restait fugitif, craignant d`être de nouveau emprisonné et de perdre cette liberté dont il avait fait l`acquisition.

    ------Après plus d`un siècle de vagabondages, il retourna à Londres où il fit la rencontre d`un semblable bien plus jeune que lui - d`un garçon influençable qui s`appelait Elijah et dont il n`hésita pas à se servir. À la même époque, commençait à courir les bruits sur l`existence des vampires. Des bruits qui tentaient de faire de la vieille légende une pure et simple réalité. Theobald de Navarre fit alors son apparition, décidant de bouleverser l`équilibre que nos ancêtres avaient instaurés pour le bien de chaque espèce.
    ------Ce qui était pour certains vampires un acte légitime, paraissait aux regards des autres comme le plus grand des blasphèmes. Aussi la race fut-elle scindée en deux partis adverses - une guerre dans laquelle Alistair ne prit pas position. Du moins, au début.


    private practice


    ------Il avait rencontré en Allemagne un vampire de deux ou trois fois son âge. C`était lui qui lui avait appris la situation quant au baron de Navarre, lui aussi qui avait fait allusion à cette ville où migraient massivement nos confrères. Par son biais, Alistair avait appris l`existence d`êtres dont il n`avait à aucun instant soupçonné l`existence ; ceux qu`on appelait les djinns, ou les gardiens d`un équilibre en perdition.
    ------À l`aube de l`année 2020, le vampire prit la décision de rejoindre ces terres qu`il n`avait jusqu`alors jamais frôlé. Il ne s`y rendait pas se rallier à la triste folie des buveurs de sang nostalgiques de la lumière du jour. Non, Seattle apparaissait pour lui comme la possibilité d`un recommencement auquel il avait longtemps aspiré. - Là-bas, il était certain de trouver un but à son existence.

    ------Pour la première fois depuis sa transformation, il reprit le nom qu`il avait porté étant humain. Il n`escomptait pas retrouver l`humanité qu`il avait perdue mais croyait véritablement en avoir terminé de ce passé qui longtemps l`avait rongé. Aussi s`était-il appliqué à garder sa race secrète quand son nom se murmurait déjà au sein des mondanités qu`il côtoyait sans gêne. - Musicien accompli et surtout amant volage, il aimait les femmes presque autant que les femmes l`aimaient.
    ------Resté distant quant à cette histoire d`équilibre rompu, il mit que quelques semaines avant de devoir faire face à la réalité. Aucun vampire ne pouvait plus se dissimuler sous le masque de l`obscurité, passant du rang de simple mythe à celui de phantasme « vivant ». Aussi avait-il fait la rencontre d`une jeune humaine qui se trouvait alors sous le joug de l`inatteignable baron ; une gamine qu`il ne s`empêcha pas de torturer, ne voyant en elle rien d`autre qu`un pion.

    ------Mais cela n`importait que très peu à côté de la rencontre qui changea sa vie du tout au tout. C`est quelques mois après son arrivée qu`Alistair fit la connaissance d`une jeune prostituée qui répondait au nom de Lily O`Connors. Une femme qui aurait pu n`être qu`une victime supplémentaire sur la longue liste de ceux qui avaient déjà trépassé par la faute du grand meurtrier. Une rencontre très mal engagée qui avait promptement pris des allures de chaos.
    ------Et pourtant...

    ------Le vampire se rendit rapidement compte de la ressemblance évidente qui existait entre la catin et sa sire, Beth. Néanmoins, il refusa de voir ce qui allait être un indéniable obstacle à leur relation. Aussi tomba-t-il éperdument amoureux de l`humaine, au point de s`imposer à elle sans jamais s`inquiéter des souffrances qu`il pouvait causer. Se promettant de la protéger au péril de sa propre existence, il développa une jalousie excessive qui le mena à bien des meurtres commis au nom de cet amour.
    ------Leur relation se bâtit ainsi sur une base malsaine ; celle de la violence et de la déchirante passion. Il ne fit jamais réellement attention à l`humanité de la jeune femme, ou seulement le jour où il dut se résigner à la transformer pour la sauver d`une mort lente et douloureuse. Et si faire d`elle un vampire aurait pu effacer les différends qui persistaient entre eux, cela n`arrangea rien. Lily, se prostituant toujours, provoqua la colère de son amant qui décida de briser leur couple et de s`éloigner.

    ------Abandonnant tous ses biens et laissant à Lily une large fortune, il retourna en Europe, traversant l`Allemagne en compagnie de sa solitude pour finalement s`établir en Pologne. Là-bas, il resta de nombreux mois à jouer tous les soirs dans un bar, pour oublier une nouvelle fois ce qu`il avait pu être et recommencer. Mais c`était sans compter sur le retour de sa créatrice. Après avoir essayé de se tuer, il se résigna à retourner auprès de cette dernière et, pour la première fois depuis sa transformation, il retourna dans la ville qui l`avait vu naître ; Den Helder.
    ------Torturé des semaines durant, Beth le persuada de la mort de Lily, lui retirant ainsi toute volonté de vivre. Nonobstant, il fit la rencontre de Nina - une chasseuse qui semblait tout connaitre de lui et qui habitait dans la demeure où il avait lui-même grandi. Il prit grand soin à la manipuler pour l`attirer jusqu`à sa tyran, profitant de ce pion pour mettre fin à l`existence de celle qui avait fait de la sienne un enfer.

    ------Par la suite, Alistair décida de rester dans la bourgade, profitant d`une relation ambigüe et pourtant fleurissante entre lui et la chasseuse. Mais un beau matin, un article de journal eut le don d`attirer son attention ;

      « Pendant plusieurs minutes, je m`étais entièrement dévoué à la lecture de cet article qui m`avait interpelé dans le sens où je n`étais pas assez naïf pour croire qu`ils étaient rares ceux qui avaient essayé de me copier. Et si certains prendraient cela pour de l`arrogance, je ne considérais nullement avoir été un jour ou l`autre égalé. Mais cet article de journal me racontait l`histoire d`un tueur autre que moi, qui semblait me rendre un hommage certain tout en se démarquant de moi. Je me surprenais à aimer ce que je lisais et au fond de moi, une infâme curiosité grandissait encore et encore. Une nouvelle obsession parce que le meilleur restait à venir et je voulais être spectateur d`un tel hommage.

      Alors j`avais posé le journal sur le bord de la table de chevet, fixant longuement le plafond et jouissant déjà de l`ardant désir que j`avais de rencontrer cette personne avant qu`elle ne s`essaye à la plus grande boucherie de toute sa vie (quoiqu`à mes yeux, cela avait été une œuvre d`art comme nulle-autre). Et alors que ces réjouissantes idées s`éprenaient de moi, je sentais son corps se mouvoir et ses mains m`obliger à l`étreindre. Mais pour moi, il n`était plus question de rester ici et je ne comptais pas lui mentir: « J`ai des affaires importantes à régler à Londres, je dois partir mais promis, je reviendrais vitre. »

      Un baiser. Un au revoir. Un adieu. »


    ------En arrivant à Londres, il sut directement où aller pour trouver le nouveau Jack. C`était avec une certain mélancolie qu`il se vit marcher sur ses propres pas, se rendant à une adresse que jamais il n`avait su oublier : le 13, Miller’s Court. C`était là un endroit resté connu pour ce qu`on y avait trouvé ; le corps de Mary Jane Kelly. Et c`était avec un infâme plaisir qu`il attendait de voir celui qui osait s`attaquer à ce qui était devenu le chef-d`œuvre de l`éventreur. Mais en entrant dans la maisonnée, il comprit trop tard qu`il était tombé dans le plus sournois des pièges.
    ------Un corps armé s`était présenté à lui, braquant une tripoté de fusil d`assaut en sa direction - lui hurlant de se rendre sans opposer la moindre résistance. Alistair n`avait rien tenté, devinant facilement la personne qui s`était rendue capable de tels actes pour le faire tomber ; Lily.

    ***

    ------Un an était passé depuis son départ, et déjà Alistair décrétait qu`il était temps de retourner à Seattle. Si Lily n`était pas venue le chercher, probablement serait-il resté en Europe. Paradoxalement, il ne l`eut plus revue depuis son arrestation - depuis ce sourire qu`il lui avait lancé et qui avait coûté la vie à bien des hommes. - Ce n`était pas tant pour elle mais bien pour rejoindre le clan des opposants au baron de Navarre qu`il était revenu. C`était du moins la raison qu`il se plaisait à invoquer.
    ------Nombreux le disaient changé ; plus solitaire et bien moins aguicheur que par le passé. - C`est en croisant Lily quelques mois après, lors d`une soirée mondaine se déroulant à l`opéra, qu`il décida de tout faire pour la récupérer.

    -- LIEN ÉVENTUEL AVEC UN PERSONNAGE DÉJÀ PRÉSENT?
      LILY O`CONNORS -- elle est son infante, la première. Mais elle est avant tout celle pour qui il irait jusqu`à tuer… ce qu`il a en réalité, déjà fait. M’ALIFAY DURANGO -- elle n`est autre que son terrible Némésis, un djinn atypique qui n`hésiterait pas une seconde à le poursuivre jusqu`aux Enfers. ELIJAH ADBROC -- il l`a pris sous son aile, le considérant comme un fils avant de le laisser prendre son envol et de l`abandonner. PANDORE LIDDELL -- elle est une humaine stupide et un peu trop naïve quand lui est son pire cauchemar et s`en amuse toujours autant. NINA ANDREÏEVITCH -- elle est cette inconnue qui connait tout de lui - et peut-être mieux que lui ne se connait. Ils ont été amants et aujourd`hui, elle ne veut que se venger de lui. && La petite INES GIACOMELLI -- cette petite fille a été le miracle d`une journée. S`il le pouvait, il s`en occuperait comme de sa propre fille.



paperasse


    Comment avez-vous connu le forum? En vrai, je ne sais plus. Mais ce n`est pas très important puisque vous me supportez depuis bientôt 4 ans What a Face

    Cherchez vous un djinn officiel pour surveiller votre personnage? Non mais allo, allo quoi... t`es un vampire et t`as pas de djinn. Non mais allo, quoi. Vous me recevez? C`est comme si je te dis, t`es Alistair Haarp et t`as pas M'alifay Durango a tes fesses. Allo?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Alistair Haarp
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Présentation :: Présentations :: Fiches validées :: Vampires-