Tokiko Meyer




Partagez | 
 

 Tokiko Meyer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MessageSujet: Tokiko Meyer   Ven 15 Fév - 11:19


id card



Ft. Yui Yoshioka



    NOM: Meyer

    PRÉNOMS: Tokiko

    NATIONALITÉ: Française

    ÂGE: 18 ans

    STATUT: Célibataire

    MÉTIER: Lycéenne (12th Grade)

    ORIENTATION SEXUELLE: Compliquée...

    INFORMATIONS? Troisième Dan de Karaté Kyokushinkai
    Chasseuse n'ayant pas conscience de son Don personnel à cause d'une amnésie.




    -- CARACTÈRE:

    Une parfaite petite amie.

    Jamais je n'avais connue de fille comme elle avant que mes yeux croisèrent les siens alors qu'elle était en train de chaparder sur une des étales de mon père. Pourquoi l'aies-je laissé faire? Sans doute à cause de la détermination que son regard me renvoyaient, un regard qui me marqua, un regard qu'elle n'a toujours pas perdu. Tokiko est une fille qui ne se laisse pas marcher sur les pieds, elle sait ce qu'elle veut et l'obtient en toute circonstance. La tricherie, le mensonge, le vol sont pour elle des amis fidèles qui ne l'ont jamais envoyé devant la justice. Leadeuse dans l'âme elle sut se montrer pleine de gentillesse, de générosité, mais surtout à l'écoute, ce qui fini de me convaincre lorsqu'elle l'invita à rejoindre sa petite bande de délinquants. En quelques mois elle me fit découvrir la joie de braver les interdits, m'invitant à participer à tous ses excès notre relation devenant plus complice. De cette complicité est née un amour profond et partagé qui nous entraîna toutes deux dans des plaisirs toujours plus brulant. L'alcool pour commencer puis la drogue à faible dose et enfin le sexe, nous partagions tout à cette époque avant que l'accident n'arrive, avant que Tokiko ne perde la mémoire...

    Cet accident marqua de début d'une nouvelle vie pour elle, une vie formaté par ses parents adoptifs qui voyait là une chance de se réconcilier avec leur fille. La Tokiko que j'ai connu a disparu laissant place à une fille trop gentille, à la timidité effroyable et à la chasteté consternante. Pourtant je ne perds pas espoir de la retrouver, j'ai déjà remarqué à quel point elle changeait lorsqu'elle s'entraînait retrouvant pendant de brefs instant ce que j'ai toujours aimée chez elle...


    -- PHYSIQUE:

    Une beauté sans comparaison.

    A vrai dire ce n'est pas son corps qui m'a séduite à notre première rencontre, mais à présent j'ai bien du mal à m'en passer. Cela fait prêt de cinq mois que je ne l'ai plus vue, cinq mois qu'elle m'a quitté furieuse, m'interdisant de l'approcher à nouveau. Mon cœur se serre encore lorsque je sens son parfum dans une boutique, l'imaginant venir se blottir tendrement contre moi, mes doigts caressant ses magnifiques joues satinées aux formes si particulière. J'imagine encore ses lèvres, légèrement pulpeuses, profiter de cet instant pour offrir à mes poignets quelques baisers volés avant que sa voix douce ne me fasse savoir qu'elle aimait ce calme que je pouvais lui apporter. J'ai tant de mal à oublier ses yeux en amande d'un noir profond dans lesquelles je pouvais vagabonder des heures durant tout en jouant avec ses longs cheveux.

    Parfois je voudrais aller l'épier au dojo qu'elle fréquente pour l'admirer à l’œuvre, mais cela ne ferait que l'éloigner encore un peu plus de moi. Je me rappelle encore les moqueries de certains de ses partenaires masculin face à son petit mètre cinquante cinq et son apparence "fragile". Il est vrai qu'au premier coup d’œil son corps passe pour celui d'une gamine à peine formée et je dois bien avouer que sa poitrine menue ainsi que sa fine silhouette accentuent cette impression. Mais bien vite ils déchantaient découvrant sa souplesse, sa rapidité ainsi que la force qu'elle était capable d’insuffler à ses frappes, toutes plus précises les unes que les autres. Finement musclés, son corps est à mes yeux la perfection incarnée, un objet de désir, elle n'avait pas besoin de ce piercing au nombril, ni même de ce tatouage à la hanche pour me plaire.


    -- SI VOUS ÊTES CHASSEUR, QUEL EST VOTRE SENS SUR-DÉVELOPPÉ?

    Le gout



once upon a time



    -- HISTOIRE:

    Peut être vous demandez vous encore qui suis je?

    Je m'appelle Candice, j'ai dix huit ans et il y a encore peu j'étais la petite amie de Tokiko. Dans les lignes qui vont suivre je vais vous parler de sa vie, une vie que nous avons partagée pendant plus de trois ans, une vie dont elle vient de m'effacer d'un revers de la main trop influencée par les mensonges de ses parents adoptifs. Je dois vous avouer que je ne sais pas vraiment comment aborder cette histoire, mais peut être devrais-je commencer par le début et vous parler de l'enfance de Tokiko, cette enfance qui la mena à me rencontrer.

    Tout commença à Paris, il y a dix huit ans lorsque Nelly et Ludovic, les parents adoptifs de ma douce, la recueillirent dans le neuvième arrondissement, tout prêt de l' opéra Garnier. Je ne connais pas vraiment les détails, mais il semblerait que sa mère naturelle se soit faite tuée cette nuit là. Vous avez sans doute compris que les premiers à découvrir le corps ne furent autres que les Meyer qui furent stupéfiés de trouver niché dans les bras de la pauvre, une enfant de quelques mois à peine. Le choc fut tel que Nelly se rua sur le cadavre pour y arracher le bébé lui offrant ses bras, sa chaleur et bien plus. Devant la beauté de l'enfant qu'elle tenait entre les bras, elle ne trouva pas la force de l’abandonner suppliant son mari de taire cette découverte à la police et de faire comme si l'enfant était le leur, ce qui s’avéra être particulièrement aisé. En effet l'adoption ne fut qu'une formalité, Ludovic étant professeur de droit dans une grande école parisienne et Nelly associée dans un grand cabinet d'avocat, il allait sans dire qu'ils avaient leurs relations et en moins que quelques jours tout fut réglé et même officialisé.

    Geste plein d'altruisme me dirais vous? Personnellement je ne pense pas et Tokiko fut du même avis lorsqu'elle apprit cela. C'était peu de temps avant que je fasse sa connaissance, bien des années avaient passées depuis son adoption, des années plutôt douces où ses parents adoptifs vivaient en plein rêve. Évidement vous imaginez bien que ce rêve n'était pas toujours parfait, car plus elle grandissait, plus leur fille se posait des questions allant des plus innocentes dans son enfance telles que les différences qu'elle pouvait noter concernant son apparence et celle de ses parents, à des affirmations plus délicates lorsqu'elle approchait l'adolescence. J'imagine sans mal les phrases qu'elle pouvait leur lancer au visage avant qu'ils ne ce décident à lui avouer toute la vérité, une vérité qui détruit leur foyer en quelques jours. A vrai dire je me demande encore comment ils pensaient qu'elle allait prendre la chose. Qui prendrait bien le fait d'avoir été adopté et surtout dans de telles conditions.

    Certes sa mère était morte dans des circonstances affreuses, mais de quel droit ce couple avait il put décider de l'adopter? Avait elle des frères et sœurs pouvant la recueillir? Des grands parents? Un père? Avaient ils seulement cherchés à rentrer en contact avec sa famille biologique? Une déferlante de questions à laquelle le couple n'était pas vraiment préparé et qui se fini d'après les dires de Tokiko par une porte claqué et une fugue de quelques jours chez une amie proche. Une nouvelle discussion anima le trio au retour de l’adolescente chez elle, une discussion qui fini de rompre les liens qu'ils partageaient les uns avec les autres. C'est quelques mois après ces faits que j'ai rencontrés Tokiko pour la première fois, alors qu'elle volait dans le magasin de mon père, mais cela j'en ai déjà parlé, je vais donc vous parler de notre véritable rencontre, de la première fois où je l'ai abordé de mon propre chef.

    C'était quelques jours après son larcin, alors qu'elle s’apprêtait a en commettre un nouveau que je me décidais à l'aborder. Ho détrompez vous je ne comptais en aucun cas la dissuader, mais plutôt lui offrir une toute autre alternative en lui offrant moi même ce qu'elle contait voler. Je ne cherchais pas vraiment à savoir les raisons qui la poussaient à agir ainsi, mais je le compris bien vite lorsqu'elle refusa mon aide m'avouant ne chercher qu'à causer du tord à ses paternels. Aujourd'hui encore je ne saurais dire pourquoi elle était revenue la lendemain pour m'inviter à parcourir les rues avec elle, mais je peux vous assurer que cela me fit un bien fou. Malgré mes quinze ans bien cramés je ne connaissais pas grand chose de la vie, n'ayant que peu d'amies et des parents bien trop possessif pour me laisser airer seule dans cette grande ville.

    J'appris à connaître Tokiko ainsi, la suivant comme son ombre dans quelques escapades Parisiennes, chacune m'offrant une toute nouvelle vision de la ville. J’appris que les dangers, que prétextaient mes parents pour m’empêcher des sorties nocturnes, n'avaient rien de bien effrayants quand on apprenait à les connaître et dans ce domaine Tokiko était une véritable perle. Elle savait ce qu'il fallait éviter et surtout comment l'éviter, si bien que jamais nous n'avions de problèmes. Les semaines passaient et notre relation devenait plus complice, plus solide aussi, au point que ma douce se livrait sans restriction sur les problèmes qu'elle avait rencontré avec ses parents adoptifs quelques mois plus tôt. Que pouvais-je dire? Rien... Je me contentais d'écouter la plus part du temps, cherchant à la réconforter avant de lui proposer quelques jours plus tard de faire des recherches sur sa famille biologique avant d'apprendre qu'elle était déjà tombée dans une impasse de ce coté là.

    Les mois passaient, les relations avec ses parents adoptifs se dégradaient ayant pour conséquence directe de m'offrir une grande place dans sa vie. Chaque dispute se terminait de la même façon, Tokiko venait se réfugier chez moi pendant quelques heures, quelques jours parfois, m'offrant à chaque visite de ce type de nouvelles expériences toutes plus folle les unes que les autres. Alcool, drogue, délinquance, je ne saurais dire comment ce petit jeu a dérapé à ce point, mais une chose était certaines nous n'avions pas de limite. Je découvris avec plaisir que Tokiko était une pratiquante d'un forme de Karaté assez violente depuis plusieurs années, cela expliquait les raclées qu'elle offrait à certains membres des bandes qui écumait la ville. Je pense que c'était ce genre de rixe qui nous offrait les plus grandes sensations, mais aussi les plus grandes prises de risque. Je me demande encore comment avons nous fait pour nous en sortir aussi longtemps sans blessures graves. Ces diverses épreuves finirent de nous rapprocher pour nous unirent un soir où l'alcool avait un peu trop coulé. A ce jour je me demande pourquoi nous avons attendu aussi longtemps avant de passer à l'acte, peut être n'étions nous pas encore prête à cette époque.

    Maintenant que vous connaissait une grande part de la vie de ma moitié je vais en venir à l'accident à proprement parlé. C'était il y a huit mois, nous étions une nouvelle fois en vadrouille dans la ville cherchant à assouvir notre envie de sensation forte. Tout se passait pour le mieux, après avoir subtilisé quelques canettes de bière dans une épicerie de nuit nous avons comme à notre habitude prit la direction d'un squatte proche pour consommer l'alcool dérobé en le saupoudrant d'un joint acheté un peu plus tôt. C'est à cet instant qu'un homme fit son apparition, titubant hagard il nous bouscula avant de se stopper une petite seconde se jetant sur moi comme un fou. Je n'ai que peu de souvenir de cet instant mise à part la douleur qui m'avait envahi sous la morsure de l'homme. Cette morsure ne dura pas, Tokiko se ruant sur l'homme pour le rouer de coup ce qui le fit lâcher avant qu'il ne s'en prenne à elle avec une violence sans nom. Je ne sais toujours pas comment nous nous en sommes sorties vivante, mais après un échange de coups, tous plus violents les uns que les autres, l'homme s'écoula sur le sol tout comme Tokiko gravement blessée à la tête. Pour ma part j'arborais quelques coupures et déchirures, mais rien de véritablement grave.

    Les trois semaines qui suivirent furent pour moi les plus dur de ma vie. Trois semaines à attendre devant un lit, devant composer avec les parents adoptifs de ma petite amie, des médecins ne sachant se prononcer sur la suite des évènements... Le coma était une chose affreuse sans aucunes certitudes alors vous n'imaginez pas à quel point je fus heureuse de la voir s’éveiller, une joie de très courte durée lorsque pour toute réponse à mon accueil j’entendis:

    Qui... Qui êtes vous?

    Je... Je ne savais que répondre, une peur panique prenant possession de mon corps alors que les médecins m'écartaient pour vérifier la bonne santé de Tokiko. Les heures passèrent, chacune plus pesante que la précédente, ses parents étaient dans le même état que moi à la différence qu'ils me citaient comme responsable de tout ce qu'il était entrain de se passer. Puis les premières informations tombèrent, l'amour de ma vie était amnésique. Elle ne se rappelait plus de moi, plus de ses parents, plus de sa vie une chose incroyablement difficile à accepter. Je vais vous faire grâce des multiples questions qui se bousculaient dans mon esprit pour essayer de me concentrer sur le plus dramatique dans cette histoire, la réaction des parents adoptifs de Tokiko qui usèrent de ce drame pour retrouver les bonnes grâces de leur fille lui mentant sur son passé lorsque c'était possible.

    Pour ma part je rendais visite à Tokiko presque tout les jours, composant avec les refus de ses parents et les moments de libertés qu'elle arrivait à avoir pour lui faire part de ce que nous avions vécut dans le passé. La relation amicale qui nous liait dans un premier temps lui montrant diverses photos où nous étions ensembles, avant d'aborder quelques semaines plus tard la relation intime qui nous liait. Je fus assez surprise qu'elle ne le prenne pas mal, écoutant mes explications; s’intéressant à mes sentiments, cherchant aussi quelques "preuves". Les jours passaient et l'espoir de voir notre relation renaitre devenait de plus en plus grand, Tokiko se montrant réceptive à mes avances à de nombreuses reprises sans pour autant être prête à se laisser aller ce qui ne me dérangeait pas, après tout le sexe ne fait pas tout. Enfin à présent je dois vous avouer m'en vouloir affreusement de ne pas avoir pu profiter de ses faveurs puisque depuis elle ne croit plus en mon amour. Pourquoi? Parce qu'elle a soit disant rencontrée son âme sœur, un homme...

    Je... Je ne sais pas quoi penser, je n'arrive pas à comprendre ce qu'il a de mieux que moi. Elle ne le connait presque pas, deux semaines elle n'a passé que deux semaines avec lui alors qu'elle m'avait aimé pendant si longtemps! Comment peut elle m'effacer de sa vie ainsi!? Sans ses parents jamais elle ne serait partie à Seattle, jamais elle n'aurait rencontré cet homme, jamais elle n'aurait décidé de me quitter! Je... Je m’excuse, mais ce souvenir.. C'est si pénible, si frais dans son cœur... Je vais essayer de vous expliquer plus... Calmement le peu de chose que j'en sais...

    Depuis qu'elle était sortie du coma ses parents occultaient qu'ils l'avaient adopté en totale illégalité, qu'ils n'étaient pas de bons parents, ainsi que la plus pat de ce qui avait fait la vie de leur fille cherchant à me discréditer un peu plus chaque jour. Mais je prenais une place toujours plus grande dans la vie de leur fille et cela ne leur plaisait pas. La goute d'eau qui fit déborder le vase fut un baiser du bout des lèvres qu'ils surprirent un soir alors que je la quittais, c'était décidé ils allaient déménager, quitter Paris, quitter la France pour m'éloigner d'elle. Je ne sais pas depuis combien de temps ils avaient prévu cela, mais une semaine plus tard le couple avait déjà un rendez vous de prévu à Seattle, à l'autre bout du monde. Je me proposais aussitôt pour m'occuper de Tokiko, mais la réponse fut immédiate, elle partait avec eux pour découvrir la ville, ils me la volaient pour les deux semaines à venir et je n'avais pas mon mot à dire.

    La suite vous la connaissez la femme de ma vie m'interdit de la revoir, prétextant que je lui avais menti depuis le premier jour, que je n'étais pas celle qu'elle aimait. Pourquoi? Comment? Je n'en sais rien et même après six mois tout ce que j'en sais c'est qu'elle a trouvé l'homme qui avait éveillé en elle ce qu'elle n'avait jamais ressentit à mes côtés...


    Vous voulez comprendre ce qu'il s'est passé à Seattle? Vous préférez rester dans le vague?
    Libre à vous d'ouvrir ce qu'il suit.


    Spoiler:
     


    -- LIEN ÉVENTUEL AVEC UN PERSONNAGE DÉJÀ PRÉSENT?

    Protégée de Chezim Gidrem


paperasse


    Cherchez vous un djinn officiel pour protéger votre personnage? Non

    A quel administrateur avez vous envoyé les mots de passe? oui

    Comment avez-vous connu le forum? j'étais sur l'ancienne version
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Tokiko Meyer   Sam 16 Fév - 10:17

Contente de te revoir toi hiii
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tokiko Meyer   Sam 16 Fév - 10:58

Moi de même prof <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Tokiko Meyer   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tokiko Meyer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Présentation :: Présentations :: Fiches validées :: Humains-