Santiago Apollinaire




Partagez | 
 

 Santiago Apollinaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chasseur bienveillant
Emploi/loisirs : Clodo zonard musicos

Feuille de personnage
Disponible pour un topic?: Toujours !
MessageSujet: Santiago Apollinaire   Jeu 31 Jan - 15:01


id card



Ft. Paolo Nutini



    NOM: Apollinaire

    PRÉNOMS: Santiago

    NATIONALITÉ: Americaine

    ÂGE: 18 ans

    STATUT: Chasseur

    MÉTIER: SDF, musicien de rue

    ORIENTATION SEXUELLE: Hétéro!

    INFORMATIONS? Atteint d'aphasie suite à un accident de voiture



    -- CARACTÈRE:
    C’est pas un truc simple de se décrire soi même mais j’vais essayer. En gros je dirais que j’ai un caractère plutôt facile, je ne m’énerve pas facilement et j’suis même souvent de bonne humeur, j’suis du genre optimiste en fait. Et puis si jamais j’ai un coup de cafard, je prend ma guitare et ça me fait oublier mes soucis. Je vois la vie du bon coté et j’ai tendance à chercher les qualités chez les gens au lieu de l’inverse. Attention, ça ne fait pas de moi un naïf pour autant, me faites pas dire ce que j’ai pas dit! M’enfin, ça m’arrive d’être un peu influençable parfois et puis j’aime bien faire plaisir aux autres. J’suis pas trop du genre méfiant et si on profite un peu de moi, bah ça m‘est égal dans le fond. Je suis assez rêveur aussi, souvent dans la lune en train de penser à des tas de trucs… ça me donne un petit coté brouillon parce que je ne fais pas vraiment attention à ce que je fais. Vu comme je suis dans le gaz parfois, ça m’arrive aussi de donner l’impression de me foutre des gens. Pourtant j’ai pas de mauvaise intention et si j’ai envie de rire, hé ben, je ris, voilà tout. Il m'arrive aussi d'avoir un débit de parole un peu étrange, encore une fois j'ai l'air un peu coté de la plaque dans ces cas là, mais bah, on s'y fait!

    -- PHYSIQUE:
    Là je dois mesurer 1m75, je ne suis pas un géant mais ça me va comme ça. J’ai une tignasse assez emmêlée et une coiffure souvent ébouriffée, je cultive mon aspect désordonné, j’crois! Sinon, mes cheveux sont châtains et ils m’arrivent un peu plus bas que la nuque. J’ai les yeux bleus et je ne vois pas trop quoi dire sur eux sinon que j’ai un regard assez franc. Mon visage est plutôt fin, je ne suis pas bien gros de manière général en fait, mais c’est parce que ces derniers temps, depuis que je vis dans la rue, je mange quand même un peu moins qu’avant. J’ai des tatouages sur le poignet droit, qui représentent des étoiles, si on vous demande pourquoi, vous direz que vous ne savez pas! Enfin, je m’habille de manière décontractée. Bon ok, pour l’instant mon look laisse un peu à désirer mais je me lave aussi souvent que je peux chez des potes, je n’ai donc pas trop l’air d’un clodo! Ah oui j’allais oublier, c’est juste un détail mais j’ai une marque de naissance un peu bizarre sur la nuque. J’ai toujours trouvé ça marrant, un peu comme si j’avais été marqué du sceau d’une prophétie! « Genre… » Non mais j’ai lu trop de bouquins, ça m’fait délirer!

    -- SI VOUS ÊTES CHASSEUR, QUEL EST VOTRE SENS SUR-DÉVELOPPÉ?
ouïe, permet d’éviter les intrusions mentales d’un vampire

once upon a time


    -- HISTOIRE:
    J’m’appelle Santiago, j’ai 18 ans et je dors sous les ponts à Seattle. Belle intro, non? J’ai abouti dans la rue depuis six mois maintenant, depuis que je me suis cassé de l’institut où je vivais, c’était trop dur de vivre dans ce bahut pourri… Bref, maintenant, je me débrouille pour gagner ma croute en jouant de la guitare, c‘est le seul bien matériel que je possède, un beau bijou! J’suis plutôt doué d’ailleurs et c’est un truc qui me plait vachement bien! Mais je vais vous raconter tout depuis le début et dans l’ordre, ce sera plus simple.

    Au départ, ma mère n’avait pas prévu que je viendrais au monde, elle et mon père n’étaient pas en couple, en fait je suis un enfant illégitime comme on dit. Mon géniteur était marié avec une autre et se tapait sa secrétaire, le truc super cliché quoi! Mais quand la secrétaire s’est retrouvée enceinte, elle n’a pas voulu avorter, à cause de ses convictions religieuses. Et donc elle s’est fait larguer, elle a perdu son mec et son emploi en même temps et il ne lui restait plus que moi comme cadeau. Histoire triste mais banale.

    Ma mère était d’origine espagnole et provenait d’une famille de catho très pratiquants. Avoir un gosse sans être marié, c’était pas trop bien vu et donc elle s’est plus ou moins isolée de sa famille, pour ne pas avoir à subir leurs reproches. Ma mère m’a donc élevé comme elle pouvait, elle avait pas trop de thune mais ça se passait plutôt bien. Elle m’emmenait à l’église le dimanche, puis j’allais à l’école comme tous les gosses. Je ne manquais de rien, j’avais des amis et tout ce dont un enfant peut souhaiter. Ma mère ne m’a jamais dit du mal de mon père, elle ne m’a pas élevé dans la haine, même après ce qu’il lui avait fait. Elle m’a raconté l’histoire de manière objective et voilà. Bien sûr, au moment de la fête des pères ou à Noël, c’étaient des périodes un peu plus déprimantes pour moi, m’enfin j’ai jamais trop aimé me plaindre donc j’essayais de pas montrer à ma mère que ça me travaillait.

    J’ai jamais été un gosse difficile à vivre même si j’étais pas un enfant de chœur non plus! Bah, ma mère aurait bien voulu que j’en sois un pour de bon m’enfin, je préférais aller zoner avec mes potes plutôt que me faire chier avec les curés. C’est pas ça, je respecte et tout, mais bon, vous me voyez avec une toge de premier communiant vous? Non mais ça fait tapette quoi… Bref! Moi ce qui me plaisait c’était la musique et comme ma mère était la femme la plus géniale du monde, elle m’a offert une guitare. Le rêve… On n’avait pas assez de fric pour me payer des cours mais dans notre immeuble, y’avait un vieux type un peu bougon, qui jouait dans un café théâtre. Et donc je me suis arrangé avec lui, en échange de ses leçons, je lui rendais service. J’allais faire ses courses, j’apportais son linge à la laverie, ce genre de trucs.

    J’ai rapidement fait des progrès, il faut dire que j’ai toujours eu l’oreille musicale, ma mère disait que c’était un don de Dieu. A vrai dire, j’ai une ouïe si développée que je suis capable de distinguer des sons très subtils. Je peux entendre le battement de cœur des gens, je distingue leur façon de frapper à la porte, j’entend des conversations murmurées même très loin de moi! Et des tas d’exemples comme ça. Mes potes sont persuadés que j’ai un truc et pourtant non, c’est ainsi. En tous cas, mon voisin le vieux prof était content de moi. Il avait un caractère de bouledogue et il me gueulait dessus sans arrêt mais moi, ça m’a jamais gêné et j’crois qu’il m’aimait bien quand même. Des fois, le samedi soir, j’allais avec lui dans le café théâtre où il bossait et je l’aidais à porter son matos. C’était pas un bar très connu, l’ambiance était très sombre et ça me foutait presque les jetons d’y aller. Pourtant en même temps, je pouvais pas m’empêcher d’être fasciné parce que j’avais l’impression que cet endroit là cachait un mystère terrible.

    Y’avait un mec qui se trouvait toujours sur un genre de trône, un peu au dessus des autres et il dégageait un je ne sais quoi de majestueux. Comme un genre d’aura. Et il était tout le temps entourés de femmes plus belles que des mannequins, avec des teints de porcelaine et des cheveux de sirène. Et ce qui était bizarre c’était que… j’entendais pas leurs cœurs à eux. Bon, ce n’était pas le genre de truc que j’allais dire à quelqu’un, on m’aurait pris pour un con! Genre : ah parce que d’habitude t’entend les cœurs des gens, mon gars? Ouais bon. En tous cas, je ne pouvais pas m’empêcher de jeter des regards sur eux, pendant que le vieux James jouait dans l’orchestre. J’étais sensé l’attendre parce qu’il avait de la sciatique et que j’étais un peu comme sa béquille vivante pour l’aider à rentrer dans notre immeuble. Mais en réalité ça m’arrangeait bien de pouvoir rester là, parce que cet homme charismatique m‘intriguait énormément. En écoutant les conversations, j’ai appris qu’il s’appelait Ambroise Rastaban et qu’il était un peu comme un mécène pour les jeunes artistes. Des fois nos regards se croisaient, j’avais l’impression qu’il me surveillait mais j‘étais surement parano. Il dégageait un genre de bienveillance et de calme mélangé qui était assez réconfortante. Un peu comme le regard d’un père sur son fils.

    Tout ça aurait pu se continuer tranquillos, mais un évènement terrible est venu tout chambouler dans ma vie. A ce moment là j’avais 16 ans et je jobbais dans une pompe à essence après l’école, pour aider ma mère à arrondir nos fins de mois. Elle était venue me chercher ce jour là, toute excitée par la surprise qu’elle voulait me faire. Elle avait acheté une caisse, une vieille Dodge qui devait bien avoir le double de mon âge mais dont la mécanique était impeccable. On n’aurait jamais pensé qu’on puisse s’offrir une bagnole aussi cool! C’était vraiment une belle journée, le soleil brillait et on est parti faire un grand tour dans notre belle décapotable, j’avais jamais vu ma mère aussi heureuse. Je venais juste de la faire rire en disant qu’elle avait l’air d’une star du rock avec ses cheveux au vent et ses lunettes de soleil. Elle m’a regardé et elle n’a plus vu la route. Le camion, elle l’a pas vu. Il parait que le type qui conduisait venait de conduire plus de 24 heures sans s’arrêter, il a dû s’assoupir. Y’a eu un grand choc et je me suis envolé. Après ça, je ne me souviens plus de rien.

    Ma mère est morte dans l’accident et moi je suis tombé dans le coma. J’ai eu un grave choc à la tête et mon cerveau a été atteint. Quand je me suis réveillé quelques jours plus tard, j’arrivais plus à parler ni à lire, je me sentais comme un autiste, bloqué dans ma bulle sans réussir à communiquer et ça me rendait dingue! Mes capacités intellectuelles n’avaient pourtant pas été amoindries et je comprenais ce qui m’arrivait, je crois bien que c’est ça le pire. Au bout de quelques semaines, lorsque l’hôpital ne pu plus rien faire pour moi, on m’envoya dans un institut spécialisé pour aliénés. Je n’avais plus de famille pour me payer un endroit correct, donc je me suis retrouvé dans un de ces centres complètement merdique, où les patients étaient considérés comme des déchets par le personnel soignant. J’étais entouré par les psychotiques et des malades mentaux en tous genre, mon voisin de chambre passait le plus clair de son temps à se taper la tête dans le mur. Boum boum boum… Puis y’en avait un autre qui se prenait pour un vampire et qu’on devait attacher pour pas qu’il morde tout le monde. En fait à ce moment là, on parlait beaucoup des vampires à la télé, y’avait un noble qui disait qu’il en était un et qu’il voulait s’intégrer aux humains. Peut être bien que je devenais fou moi aussi, mais je commençais à le croire et à me dire que tout ça était bien possible. Je me souvenais du café théâtre, d’Amboise Rastaban et de ses fidèles et je laissais mon imagination divaguer... je repensais souvent aux belles créatures qui l'entouraient et à leur charme si magnétique... Les fantasmes sont importants dans des situations comme celles là vous savez, sinon on n'a plus qu'à se pendre!

    Un soir, un nouveau pensionnaire nous a rejoint et on lui a trouvé une place dans ma chambrée, juste à coté de mon pieu. C’était un type qui avait trempé dans pas mal d’affaire louches avant de sombrer dans l’héroïnomanie. Les saloperies qu’il prenait n’avaient rien fait pour arranger sa psychose, c’était un mec fameusement allumé, mais il était sympa. Ses potes venaient lui apporter de la came en catimini et il me filait des joints en échange de mon silence. J’étais pas trop causant de toute façon, m’enfin, il m’associait à ses magouilles et ça mettait un peu de piment dans ma morne existence. Un beau soir, un de ses potes nous a apporté un truc très spécial, il appelait ça « vampire juice ». Ouais, il disait que c’était du sang de vampire et que ça pouvait nous donner des capacités terribles. Je crois que je devais être dans une phase téméraire à ce moment là, parce que j’en ai bu tout un flacon.

    Cette nuit là, j’ai eu l’impression que je retrouvais de nouvelles sensations que j’avais perdues, mon esprit s’éveillait et devenait plus vif. Mon corps était tout à coup plus fort et plus agile et je me sentais invincible! Alors j’ai eu une impulsion, j’ai pris ma guitare sous mon bras, dans son étui, j’ai ouvert la fenêtre et j’ai sauté dans le vide. J’en pouvais plus de cette vie de con, et cette drogue m’a permis d’avoir la sagesse de m’en apercevoir. Je rigolais en courant dans la rue, qu’est-ce qu’il s’en foutraient au centre que je me sois cassé, ça en ferait juste un de moins! Mais moi, j’étais libre et c’était tout ce qui comptait.

    Voilà, vous savez tout. Maintenant, j’ai plus ou moins récupéré mon langage même si je ne sais plus lire ni écrire, ce qui me gave vu comment j'aimais les romans avant, m'enfin je vis les histoires de la rue en live maintenant. Il m’arrive de parler trop vite ou d’utiliser des mots inventés qui n’ont rien à voir, mais ça me donne un petit coté excentrique on va dire! Les artistes sont souvent comme ça après tout. J’ai essayé de retrouver le café théâtre où se trouvaient ces êtres mystérieux mais j’ai jamais réussi à me rappeler le chemin. Alors je guette et je fais mon enquête, parce que ce « vampire juice » , j’ai vachement bien envie d’en regoûter, j‘crois bien que je ferais tout pour ça.

    -- LIEN ÉVENTUEL AVEC UN PERSONNAGE DÉJÀ PRÉSENT?

Agape Ursari, amour de ma vie
Fulton Coughlin, paternel
Cassandre Aelea, pote
Lola Andrews, potesse
Mathias Amalric, ennemi



paperasse


    Cherchez vous un djinn officiel pour protéger votre personnage? Yes sir!

    A quel administrateur avez vous envoyé les mots de passe? Aucun!

    Comment avez-vous connu le forum? J'étais déjà sur l'autre forum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Santiago Apollinaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Présentation :: Présentations :: Fiches validées :: Humains-